Mazur/www.catholicnews.org.uk/Flickr. Creative Commons (by-nc-nd)

Les victimes d'une « exploitation inconnue » occultées dans le Mécanisme national d'orientation britannique

Les victimes potentielles de traite d’êtres humains passent entre les mailles du filet du Mécanisme national d'orientation du Royaume-Uni. La raison peut dépendre de la façon dont l'exploitation est comprise et enregistrée.

Le Mécanisme national d'orientation (NRM) est le principal instrument mis en place par le gouvernement britannique pour identifier et aider les victimes de traite. Il fonctionne depuis plus de dix ans maintenant, et beaucoup d'énergie a été dépensée pour essayer d'améliorer sa conception et son fonctionnement. Malgré ces efforts incessants, divers problèmes continuent d'être mis en avant, notamment des échecs répétés dans l'orientation des victimes potentielles et l’absence de soutien efficace pour les victimes qui sont identifiées.

L'un des principaux indicateurs utilisés par le NRM pour identifier les victimes de traite est l'exploitation, qui est classée par type, par exemple « exploitation sexuelle ». Dans cet article, je m'intéresse principalement aux cas où le type d'exploitation est classé comme « inconnu » ou comme « exploitation inconnue ». Ces cas représentent 10 pour cent des 35 077 signalements au NRM entre le 1er janvier 2012 et le 31 décembre 2019, ce qui en fait le troisième type d'exploitation le plus souvent enregistré dans les statistiques officielles, derrière l' « exploitation sexuelle » et l' « exploitation par le travail ». Au cours des neuf premiers mois de 2020, environ 13 pour cent de tous les signalements au RNM ont été recensés comme « non enregistrés ou inconnus ».

L'ampleur de ces signalements n'est que très peu reconnue et peu d’explications sont fournies.

 

La définition de la traite donnée par le Protocole de Palerme n'exige pas du tout la présence d’exploitation.

 

Pourquoi tant de personnes sont-elles orientées vers le NRM alors que le type d'exploitation qu'elles ont subi est « inconnu » ? Pour quels motifs ont-elles été signalées compte tenu de leur situation « inconnue » ? En outre, quels types de résultats les personnes impliquées dans ces cas « inconnus » ont-elles obtenus via le NRM ? Comment les personnes victimes d' « exploitation inconnue » ont-elles été traitées, par exemple, par rapport aux victimes potentielles d' « exploitation sexuelle » ou d' « exploitation par le travail » ?

La traite d’êtres humains ne nécessite pas toujours une exploitation

Selon la définition de la « traite des personnes » du Protocole de Palerme, ce sont tant l' « acte » que les « moyens » qui caractérisent l’exploitation. L'absence d'une définition précise de l'exploitation dans le Protocole de Palerme a fait l'objet de nombreux débats. Une liste minimale d'actes et de situations est fournie à la place, comprenant « l'exploitation de la prostitution d'autrui ou d'autres formes d'exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l'esclavage ou les pratiques similaires à l'esclavage, la servitude ou le prélèvement d'organes ».

Cependant, on accorde beaucoup moins d'attention au fait que la définition de la traite dans le Protocole de Palerme n'exige pas du tout la présence d’exploitation. Le guide législatif du protocole observe qu' « aucune exploitation ne doit forcément avoir lieu » pour qu'une situation réponde à la définition de la traite des personnes. Cela reflète le fait que le protocole sur la traite complète la convention des Nations Unies sur la criminalité organisée et qu'en vertu du droit pénal, les stratagèmes criminels restent criminels même s'ils ne sont pas pleinement exécutés.

L’histoire du RNM remonte également en grande partie à la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains de 2005. Il fournit des conseils juridiques supplémentaires concernant l'identification de la traite des êtres humains en l'absence d'exploitation. Le rapport explicatif de la convention observe qu' « il n'est pas nécessaire qu'une personne ait été exploitée pour qu'il y ait traite des êtres humains ». Si les autres conditions établies dans le Protocole de Palerme sont remplies, la traite des êtres humains peut exister « préalablement à l'exploitation de la victime ».

 

Les cas signalés avant que l'exploitation n'ait lieu sont beaucoup moins susceptibles d'aboutir à une reconnaissance officielle en tant que victime de traite potentielle dans le cadre du NRM.

 

Les publications des statistiques du NRM n'expliquent généralement pas pourquoi les signalements sont enregistrés comme « exploitation inconnue » et ne donnent pas de définition de ce que cela signifie. Toutefois, le rapport du NRM pour le premier trimestre 2015 fait une rare exception. Il fait remarquer que « le type d'exploitation est indiqué comme inconnu lorsque des individus ont été rencontrés avant le début de l'exploitation, mais qu'il y avait des indicateurs d'une intention d'exploitation ». Dans ce scénario, l'exploitation n'a pas encore eu lieu, mais peut avoir été planifiée, créant une situation où une personne peut encore être reconnue comme une « victime » potentielle de la traite et orientée vers le NRM bien qu'elle n'ait pas été exploitée.

Les directives officielles relatives à la loi de 2015 sur l'esclavage moderne donnent plus de détails sur ce point. Ces directives font référence à la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains dans une section intitulée « Traite des êtres humains ‘à des fins d'exploitation’ - que faire si quelqu'un n'a pas encore été exploité ? » Il explique qu' « une personne est « victime » même si elle n'a pas encore été exploitée, par exemple si une descente de police se produit avant que l'exploitation n'ait lieu. En effet, selon la définition de la traite, la traite est caractérisée dès que certains actes sont accomplis à des fins d'exploitation ». Dans ce contexte, c'est « la finalité qui est essentielle, non le fait que l'exploitation ait réellement eu lieu ou non ». Ces directives reconnaissent explicitement que les personnes qui n'ont pas été exploitées « peuvent encore avoir besoin d'aide ».

L' « exploitation inconnue » en pratique

C'est ce qui explique l'existence de cas classés comme « exploitation inconnue ». Le NRM n'établit qu'un petit nombre de grands types d'exploitation : « exploitation sexuelle », « exploitation par le travail », « servitude domestique », « prélèvement d'organes » et « exploitation criminelle ». La désignation « exploitation inconnue » semble donc être principalement un « autre » cas de facto dans des circonstances où l'exploitation n'a pas encore eu lieu.

Bien que cela puisse sembler incroyablement progressiste, il y a toujours lieu de s'inquiéter. Les données disponibles sur la prise de décision du NRM suggèrent que les cas signalés avant que l'exploitation ne se produise sont beaucoup moins susceptibles d'aboutir à une reconnaissance officielle en tant que victime de traite potentielle dans le cadre du NRM. En d'autres termes, les informations disponibles suggèrent qu'il existe des différences significatives dans la proportion de décisions positives fondées sur des motifs raisonnables entre l' « exploitation inconnue » et les autres catégories.

Ces différences sont importantes car une décision positive permet aux victimes potentielles d'avoir accès à un soutien et à une aide spécialisés financés par le gouvernement. La décision fondée sur un « motif raisonnable » doit être prise dans les cinq jours ouvrables suivant le signalement, et il suffit que le décideur « soupçonne mais ne puisse prouver que cette personne est une victime potentielle de la traite des êtres humains ». Les directives officielles de la Loi sur l'esclavage moderne font remarquer qu'il s'agit d'un « seuil relativement bas, inférieur au niveau de preuve pénale ». Seule la décision fondée sur des motifs probants est prise selon la « prépondérance des probabilités ».

Ce seuil bas accepté pour un motif raisonnable est illustré dans les rapports trimestriels de 2015. Dans ces rapports, seuls 18 pour cent des décisions fondées sur un motif raisonnable pour les hommes sont qualifiées d' « exploitation par le travail » et 6 % pour les femmes sont qualifiées d' « exploitation sexuelle ». Cependant, la prise de décision est très différente pour les cas enregistrés comme exploitation inconnue. Au total, 47 pour cent des décisions fondées sur un motif raisonnable pour les hommes et 26 pour cent pour les femmes étaient négatives lorsque le type d’exploitation était « inconnu ». Les rapports trimestriels de 2015 montrent également que 36 pour cent des décisions fondées sur un motif raisonnable pour les enfants orientés vers le NRM pour exploitation inconnue étaient négatives. En comparaison, seulement 6 pour cent des décisions négatives fondées sur un motif raisonnable pour les garçons étaient qualifiées d'exploitation par le travail et 3 pour cent des filles étaient qualifiées d'exploitation sexuelle.

L’ « Exploitation inconnue » dans le contexte des représentations populaires de la traite des êtres humains

L'identification des personnes en tant que victimes de traite lorsqu'elles n'ont pas subi d’exploitation n'a semble-t-il pas encore dépassé le discours dominant des « victimes » et des « méchants ». Claudia Aradau, professeure de politique internationale au King's College de Londres, a décrit comment les représentations populaires de la traite des êtres humains établissent un « baptême de la brutalité » par lequel la souffrance des personnes qui ont été victimes de traite est mise en avant d'une manière qui leur permet d'être considérées avec bienveillance et comme nécessitant un soutien et une aide. Les personnes qui n'ont pas été exploitées peuvent être considérées comme incapables de démontrer leur souffrance et donc d'établir qu'elles ont été victimes d'un crime.

Ceux qui n'ont pas été exploités ne devraient pas être désavantagés en conséquence. Les évaluateurs doivent comprendre que l'exploitation n'est pas la seule source de souffrance dans les cas de traite. Un préjudice physique ou psychologique peut résulter de l' « acte » et des « moyens », tels que le recours ou la menace de recours à la violence comme moyen de coercition, ou lorsqu’une personne a fait confiance à quelqu'un qui a menti et trompé dans le seul but de l'exploiter. En outre, peu importe où et comment un préjudice peut être causé à une victime de traite, ce n’est ni la preuve du préjudice, ni le seuil de préjudice convenu qui doit déterminer sa reconnaissance en tant que victime du crime de traite des êtres humains.

Le fait de ne pas pouvoir rendre compte du type d'exploitation qu'une personne a subi semble avoir un impact significatif sur sa reconnaissance en tant que victime de traite, et donc sur les droits et les protections auxquels elle peut avoir accès de la part de l'État. Sur cette base, le Ministère de l'intérieur (Home Office) ne doit-il pas repenser son approche de l' « exploitation inconnue » et veiller à ce que cette catégorie potentiellement inclusive tienne ses promesses en matière de protection ?

 

Cet article a été publié à l'origine sur opendemocracy.net.