Au cœur de l'action pour le climat, les jeunes sont des agents du changement

La population de jeunes devrait augmenter d'ici 2030 alors même que les changements climatiques ont des effets néfastes. Les solutions doivent être inclusives pour toutes les populations, y compris les jeunes. Photo : OIM/Muse Mohammed

Blog

Genève – Depuis quelques décennies, nous assistons à une prolifération d'événements et de catastrophes liés au climat et à l'environnement qui ont un effet néfaste sur les populations et la planète.

L'intensité accrue de ces événements est ressentie sur tous les continents sous une forme ou une autre. Qu'il s'agisse de la sécheresse actuelle dans la Corne de l'Afrique, à Madagascar et dans certaines parties du Moyen-Orient, des inondations en Asie, des feux de forêt et des températures extrêmes en Europe, au Pakistan, en Inde, en Australie et dans les Amériques. 

Au centre de tout cela, des vies et des moyens de subsistance sont directement affectés par d'autres personnes forcées de fuir leurs foyers ancestraux. 

Selon le Rapport mondial sur le déplacement interne (GRID) du Centre d’observation des déplacements internes (IDMC), en 2021, près de 24 millions de personnes dans le monde ont été déplacées à l'intérieur de leur propre pays par des catastrophes, et l'on prévoit 560 catastrophes supplémentaires par an d'ici 2030, les enfants et les jeunes représentant plus de 40 pour cent des personnes déplacées.

Aujourd'hui, la population mondiale de jeunes âgés de 15 à 24 ans s'élève à 1,2 milliard de personnes et devrait augmenter de 7 pour cent d'ici 2030. Cela place cette population au cœur de tous les efforts visant à réduire les impacts négatifs des changements climatiques, puisque la science prédit que ce sont les mêmes générations qui seront confrontées au pic des impacts climatiques, même si l'on parvient à plafonner la hausse des températures à 1,5°C.

L'Afrique, par exemple, continent dont la population est la plus jeune au monde et où 70 pour cent de la population de l'Afrique subsaharienne a moins de 30 ans, est, de manière disproportionnée, la région la plus vulnérable au monde aux effets néfastes des changements climatiques, à la dégradation de l'environnement et aux catastrophes, bien qu'elle ne contribue qu'à hauteur de 2 à 3 pour cent aux émissions mondiales. La plupart de leurs moyens de subsistance étant principalement liés à l'agriculture et aux ressources naturelles, les conditions déjà dégradées constituent une menace pour la capacité de ces populations à rester et à s'adapter. 

Cela fait de la jeunesse africaine l'un des acteurs non étatiques les plus importants du continent en termes de nombre : il faut donner la priorité à leurs capacités intrinsèques, à leur créativité, à leurs compétences et à leurs talents pour mener l'action en faveur du climat tout en débloquant des perspectives pour eux.

 

Engagement dans la prise de décision

Au cœur de la réalisation des objectifs à long terme de l'Accord de Paris se trouvent les contributions déterminées au niveau national (CDN) qui représentent les efforts que les pays doivent fournir afin de réduire leurs émissions nationales et de s'adapter aux impacts des changements climatiques. 

Les États et les gouvernements reconnaissant l'urgence de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de limiter le réchauffement de la planète à environ 1,5°C, la mise en œuvre des CDN actuelles et le développement de la prochaine génération de ces CDN doivent inclure les jeunes - et, en particulier, les femmes et les filles - et ce, à juste titre, si nous voulons garantir les moyens de subsistance des générations à venir. 

Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), d'ici 2020, seuls 42 pour cent de toutes les CDN feront directement référence aux enfants ou aux jeunes. 

Certains pays comme le Vietnam ont inclus les jeunes dans une section dédiée à leurs vulnérabilités aux changements climatiques dans divers secteurs. La CDN 2020 comprend également un fort aspect d'équité, prenant en compte les enfants handicapés, les enfants de familles pauvres, les enfants migrants et les filles, tout en soulignant également la réduction des risques de catastrophe dans le cadre de l'adaptation aux changements climatiques, les modèles communautaires et la nécessité de la communication et de la sensibilisation. D'autres pays, comme la Jamaïque, font également participer les jeunes par le biais de consultations lors de la mise à jour de sa CDN 2020.  

Grâce à des forums clés, les jeunes ont pu apporter des contributions concrètes. Par exemple, lors du Sommet préalable à la COP26, a été adopté le tout premier Manifeste de Youth4Climate, un plan audacieux pour l'action en faveur du climat avec des demandes dans quatre domaines thématiques. La conférence de Kampala, qui vient de s'achever, est un autre forum qui a rassemblé des défenseurs de la jeunesse de toute la région de l'Est et de la Corne de l'Afrique. Le résultat des consultations a été présenté à la Conférence régionale interministérielle sur la migration, l'environnement et les changements climatiques.

Ces forums représentent les voix et les recommandations qui doivent se traduire en actions aux niveaux mondial, régional et national. Les cadres politiques qui offrent un cadre favorable aux jeunes, en particulier ceux en situation de vulnérabilité, restent essentiels non seulement pour faire respecter leurs droits mais aussi pour leur permettre de participer aux décisions. Les Principes directeurs relatifs aux enfants en situation de déplacement dans un contexte de changement récemment lancés fournissent un ensemble de principes qui traitent des vulnérabilités uniques et multiples des enfants en déplacement, tant à l’intérieur de leur pays qu’au-delà des frontières, en raison des effets néfastes des changements climatiques. 

Bien que les directives se réfèrent uniquement aux enfants de moins de 18 ans, les questions relatives aux jeunes sont également prises en compte. Les jeunes connaissent des vulnérabilités et des risques similaires à ceux des enfants, notamment dans les situations de migration ou de déplacement lorsqu'ils perdent leurs réseaux de soutien social. Il s'agit de fournir le tout premier cadre politique mondial qui aidera à protéger, inclure et autonomiser les enfants en déplacement dans le contexte des changements climatiques.

 

Se mobiliser pour l'action

Les changements climatiques, la dégradation de l'environnement et les catastrophes façonnent déjà la mobilité humaine de différentes manières. La participation des jeunes aux débats sur les changements climatiques et la migration doit faire partie de la réponse pour faire face à la crise environnementale et garantir que la migration dans ce contexte reste un choix ou, si nécessaire, soit gérée de manière régulière et sûre.  

Les jeunes ont presque exclusivement mené leurs efforts de plaidoyer et de sensibilisation autour des changements climatiques, en mettant la question au premier plan des discussions mondiales. Les effets des changements climatiques étant irréversibles, les actions d'adaptation et d'atténuation sont bien placées pour nous prémunir contre une dégradation supplémentaire, alors même que des efforts pour répondre aux pertes et aux dommages induits par le climat sont mis en place, en particulier dans les pays et communautés vulnérables.

La contribution des jeunes ne met pas seulement en évidence les effets négatifs des changements climatiques et le besoin urgent d'y remédier, mais présente également des solutions innovantes, entre autres en matière d'énergie renouvelable, d'efforts de conservation et d'agriculture soutenable face au climat, qui alimentent les efforts d'adaptation et d'atténuation.

Tirer parti de l'expertise des jeunes et mettre leurs points de vue directement sur la table des négociations aux niveaux mondial et local permettra non seulement d'offrir des solutions innovantes mais aussi d'accélérer la réalisation de l'objectif de l'Accord de Paris et des Objectifs de développement durable (ODD).

L'année 2030 reste importante dans ce contexte de changements climatiques pour deux raisons. D'une part, il s'agit de la date cible pour la réalisation des ODD, y compris l'action pour le climat, et d'autre part, c'est la date à laquelle les catastrophes devraient atteindre une moyenne de plus de 1,5 catastrophe par jour selon les prévisions actuelles d'augmentation des températures. Notre niveau de réussite dépend de plusieurs facteurs, mais l'un des plus importants est l'espace et le rôle accordés aux jeunes dans les années à venir.  

 

Écrit par Kennedy Omondi, responsable de la communication (Europe, Afrique et Moyen-Orient), OIM.

SDG 10 - INÉGALITÉS RÉDUITES
SDG 13 - MESURES RELATIVES À LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES
SDG 17 - PARTENARIATS POUR LA RÉALISATION DES OBJECTIFS