Blog
BY: Maureen Achieng

Par Maureen Achieng, chef de mission de l'OIM en Éthiopie et représentante auprès de l'Union africaine et de la CEA.

Un nouveau discours sur la migration en Afrique est en train d'émerger. Il remet en question et tord le cou aux perceptions et mythes courants sur la migration africaine et les migrants africains, révélant que la plupart des gens ne traversent pas les mers et les océans pour migrer, mais plutôt les frontières terrestres dans leur quête d’une vie meilleure.

En réalité, 94 % des personnes qui traversent les mers et les océans depuis des pays africains pour atteindre d'autres destinations le font par des voies régulières. Selon le tout premier « Rapport sur la migration en Afrique », ces personnes sont pour la plupart des voyageurs d'affaires et des étudiants, qui prennent l'avion et passent par les aéroports et les frontières terrestres officielles. Il révèle une réalité inconnue et sous-estimée, à savoir que la migration africaine est principalement intra-africaine, contrairement à l'impression souvent horrifiante, dramatique et sensationnaliste de la migration irrégulière en provenance d'Afrique via la mer Méditerranée.

Il révèle également que les Africains ne représentent que 14 % de la population migrante mondiale, les Asiatiques 41 % et les Européens 24 %.

S'attaquer aux déformations

Un rapport sur la migration spécifique à l'Afrique a été publié afin de remédier aux principales déformations qui continuent de caractériser le discours public sur la migration africaine. Ce rapport est l'aboutissement de près de trois ans de collaboration entre l'Organisation internationale pour les migrations, l'Agence des Nations Unies pour les migrations, et la Commission de l'Union africaine. Abordant des questions allant du travail et de l'environnement aux droits de l'homme et de l'enfant, le rapport, publié en octobre, vise à orienter le programme africain en matière de migration vers le développement et l'intégration du continent.

Face à l'objectif annoncé de contester les discours fallacieux sur la migration africaine à l'aide de faits et de données, trois points et défis méritent d'être soulignés :

Le premier est que la migration en tant que discipline universitaire n'est pas bien établie dans les établissements d'enseignement supérieur sur le continent. Les quelques chercheurs africains sur la migration sont, à leur tour, largement influencés par la pensée des points de vue universitaires dominants sur le sujet - influençant ainsi les perspectives et l'orientation des responsables politiques africains.

Il en résulte que les perspectives non africaines sur la migration sont parfois transposées en Afrique, obligeant le continent à voir la migration et la mobilité en Afrique à travers le prisme d'un problème à résoudre plutôt que de la réalité de la vie telle qu'elle est, et une réalité qui - si elle est bien gérée - peut profiter à la fois aux pays d'origine et d'accueil, et aux migrants eux-mêmes.

En deuxième lieu, si les politiques mises en place par l'UA au cours des deux dernières décennies décrivent un organe politique continental très progressiste dans sa réflexion et sa vision de la migration, la mise en œuvre de ces politiques par ses États membres a tendance à prendre du retard. La révision du cadre de politique migratoire pour l'Afrique en 2018 est une occasion pour l'UA et ses États membres de reconnaître l'importance de cadres politiques et institutionnels solides pour gérer plus efficacement la migration en tant que composante clé du développement plutôt que comme un problème brûlant à résoudre.

Les cadres politiques et les positions sur la migration adoptés par l'UA commencent à s'imprégner des réformes politiques et des pratiques au niveau national et, s'ils sont pleinement mis en œuvre, ont le potentiel de transformer la gouvernance des migrations sur le continent.

S'il y a une chose que l'adoption récente de l'Accord établissant la zone de libre-échange continentale africaine et du Protocole au Traité instituant la Communauté économique africaine relatif à la libre circulation des personnes, au droit de séjour et au droit d'établissement par l'UA nous apprend, c'est qu'il existe un consensus général croissant parmi les États membres de l'UA sur le fait que la migration fait partie intégrante de l'intégration continentale et du programme de développement.

En troisième lieu - et ce malgré l'existence d'une myriade de mécanismes de dialogue migratoire et de coopération interétatique sur le continent - il n'y a pas beaucoup de coopération active et permanente et de partage d'informations sur la migration entre les pays. Cela entrave la collecte et le rassemblement de données significatives et comparables qui pourraient éclairer les responsables politiques sur les tendances continentales et, ce faisant, contribuer à assurer la pertinence et l'applicabilité continues des décisions politiques aux niveaux continental et régional aux réalités nationales.

L'Afrique a fait d'énormes progrès depuis l'instauration de dialogues migratoires sur le continent depuis 2000. Toutefois, il reste beaucoup à faire pour que les plateformes de dialogue migratoire existantes rassemblent les responsables africains de la migration pour des délibérations soutenues débouchant sur une coopération pratique, fondée sur une culture de l'information et du partage des données.

Une approche africaine de la migration

Les données présentées dans le rapport - et ce nouveau discours - ont le potentiel de faire avancer le programme africain sur la migration tel qu'il est articulé dans les cadres et les principes directeurs de la politique migratoire de l'UA. L'espoir est qu'elles servent également à catalyser une conversation franche et à façonner le discours actuel sur ce à quoi pourrait ressembler une approche africaine de la migration, et que cette conversation commence, à son tour, à intensifier le changement de la politique migratoire africaine et à l'ancrer sur des actions de transformation.

Les préoccupations légitimes concernant la migration irrégulière depuis l'Afrique vers d'autres régions du monde, telles que la sécurité, doivent être prises en compte. Mais cela ne doit pas se faire au détriment des intérêts africains qui sont liés aux plus de 80 % d'Africains qui se déplacent continuellement à l'intérieur du continent.

En fin de compte, une approche africaine de la migration protégera avant tout les Africains. Elle protégera les millions de personnes qui ont été déplacées de force par des conflits et des catastrophes et créera des opportunités de solidarité panafricaine plutôt que de les limiter. Elle ne durcira pas les politiques aux frontières avant d'avoir posé les bonnes questions sur les personnes qui en pâtiront le plus. Elle ne considérera pas les siècles de mobilité, de solidarité et de connexion comme anormaux, mais les préservera et les modernisera pour mieux répondre aux défis du monde moderne.

Une approche africaine de la migration ne considère pas les commerçants transfrontaliers, dont beaucoup sont des femmes, comme un problème à résoudre. Elle y voit de l'ingéniosité, de la résilience, une politique intérieure saine et une approche qui promet une voie à suivre pour l'ensemble du continent.

Cet article d’opinion a initialement été publié sur Devex.