Pourquoi il est important d'intégrer la migration dans la coopération au développement

Surja, un travailleur migrant du Népal, et sa femme, rendent visite à leur famille au Népal. Photo : OIM

Blog
21 sep 2022

Bruxelles – Le monde est confronté à un nombre sans précédent de défis interdépendants. Les inégalités croissantes, la pandémie de COVID-19, l'augmentation des niveaux de pauvreté, la crise climatique et les conflits ont tous un impact sur le développement mondial. Le Secrétaire général des Nations Unies tire la sonnette d'alarme et exhorte la communauté internationale à prendre des mesures collectives pour relever ces défis urgents.

Les objectifs de développement durable (ODD) constituent la feuille de route pour relever ces défis. Toutefois, les ODD ne peuvent être atteints sans tenir compte du rôle important des migrants et des migrations. Intégrer la migration dans la coopération internationale au développement de manière significative et effective contribuera à atteindre des résultats de développement plus larges.

L'éducation, le développement rural, l'emploi, la santé : tous ces domaines de développement ont pesé dans la décision de Surja de quitter le Népal.

« Comme beaucoup de familles du Népal rural, notre famille dépendait de l'agriculture pour sa subsistance. Notre père était le soutien de famille jusqu'à ce qu'il tombe soudainement malade et qu'il ne puisse plus subvenir à nos besoins. Je ne pouvais plus poursuivre mes études et j'ai abandonné. À 18 ans, je suis partie au Qatar pour chercher du travail afin de subvenir aux besoins de ma famille », raconte Surja. 

Tant le développement que l'absence de développement peuvent avoir un impact sur la migration et la manière dont les gens migrent. La migration façonne notre monde.

À près de 10 000 km de là, dans la République des Îles Marshall, les changements climatiques constituent une menace existentielle pour les îles et leurs habitants. Des niveaux de marée plus élevés menacent les îles et les récentes sécheresses mettent à mal leur approvisionnement en eau.

Carlon, un étudiant originaire de la République des Îles Marshall, devant une digue construite.

« D’après les scientifiques, nous avons jusqu'en 2030 avant d’être submergés, car nous ne sommes qu'à deux mètres au-dessus du niveau de la mer. Ce sont deux mètres de cultures. Deux mètres de langue. Deux mètres de légendes et de mythes », explique Carlon, originaire de la République des Îles Marshall.

 

Une migration bien gérée peut contribuer à améliorer les résultats du développement durable

Nous pouvons obtenir de meilleurs résultats en matière de développement, tels que la réduction de la pauvreté, la santé et le bien-être, et le travail décent, en réfléchissant activement, en cherchant à comprendre et en prenant des mesures pour aborder la manière dont les conflits, les changements climatiques, l'éducation, l'emploi et d'autres secteurs influent sur la migration. Il en va de même dans le sens inverse. Lorsqu'elle est bien gérée, la migration est un puissant moteur du développement durable.

Joji, une migrante de retour au pays, parle de l'entreprise sociale qu'elle a créée avec son mari aux Philippines.

Les migrants de retour, par exemple, contribuent grandement à leur pays d'origine en apportant de nouvelles idées, des compétences, des capitaux et en créant des entreprises.

Joji et son mari ont pris la décision de retourner à Mindanao, la deuxième plus grande île des Philippines, qui a connu l'instabilité et les conflits armés. Malgré l'absence de réseau de soutien social à Mindanao, ils ont créé leur entreprise sociale pour offrir un espace pacifique de dialogue entre les militaires et les rebelles.

« Nous avons émigré au Canada en 1986 et j'y ai élevé mes enfants. J'ai travaillé comme conseillère financière puis, en 2006, nous sommes retournés aux Philippines... et avons créé une entreprise sociale appelée « Coffee for Peace ». Mon mari et moi voulions redonner à notre pays », explique Joji.

 

Agir : Intégrer la migration dans les plans, politiques et projets de développement pour en assurer la cohérence et l'impact

Lorsque les politiques, plans ou projets pertinents prennent en compte les besoins des migrants et les effets de la migration sur les sociétés, nous réduisons les risques de mise en danger des migrants et de tension des communautés, et nous pouvons faire en sorte que les résultats de développement soient optimisés.

Beaucoup de choses sont déjà en cours. L'Union européenne (UE) est l'un des plus grands contributeurs de l’aide dans le monde. L'UE reconnaît que l'intégration de la migration est essentielle pour garantir la cohérence des interventions dans tous les secteurs du développement et pour respecter les engagements liés au Programme 2030 et au Consensus européen pour le développement.

L'UE a souligné l'importance de la migration en appliquant un objectif indicatif de dépenses de 10 pour cent pour la migration dans le cadre de l'instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale (2021-2027) afin de traduire les engagements en actions concrètes.

Dans le cadre du projet intitulé Mainstreaming Migration into International Cooperation and Development (MMICD), financé par la Direction générale des partenariats internationaux (DG-INTPA) de la Commission européenne, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) soutient l'intégration effective de la migration dans la coopération internationale et le développement.

Le point fort de ce travail est l'intégration de l'expertise transversale de l'OIM en matière de migration dans neuf secteurs clés du développement par le biais de partenariats avec des agences des Nations Unies possédant une expertise technique approfondie dans ces secteurs (développement rural/urbain, environnement et changements climatiques, sécurité, gouvernance, emploi, développement du secteur privé & commerce, éducation et santé).

Après plus de cinq années consacrées à l'intégration de la migration, l'OIM est en bonne position pour éclairer le travail dans les interventions actuelles et futures sur la migration et le développement. Voici cinq recommandations sur la marche à suivre :

  • Partenariats pour le développement durable (ODD 17) : faire progresser le lien entre migration et développement. Continuer à faire progresser les partenariats entre les Nations Unies dans le cadre du projet MMICD. Faire le point sur le travail du réseau des Nations unies sur les migrations. Identifier les acteurs clés du développement tels que l'UE et les États membres de l'UE et explorer les synergies et les points d'entrée potentiels pour l'intégration de la migration, et s'appuyer sur les approches de Team Europe lorsque cela est possible.
  • Reconnaître que les approches pangouvernementales sont essentielles pour faire progresser l'intégration de la migration. Les collectivités locales/comtés jouent un rôle de plus en plus important dans le domaine des migrations, aux côtés des autorités nationales.
  • Etre prêt à adapter l'orientation de l'intégration de la migration en fonction du contexte. Déterminez quels sont les bénéficiaires cibles viables et le type de soutien nécessaire, ainsi que les adaptations requises pour ces différents bénéficiaires.
  • Consulter les parties prenantes et les bénéficiaires concernés pour s'assurer que les efforts déployés reflètent les besoins et les lacunes existantes. Garantir des liens clairs entre l'identification des besoins et la conception de la réponse à ces besoins, en faisant activement participer les acteurs cibles à l'ensemble du processus.
  • Prendre en compte toutes les actions de suivi dans la conception de l'intervention pour une meilleure durabilité. Examiner comment les interventions peuvent contribuer à des changements de comportement et d'action et établir des « passerelles » vers des actions de suivi concrètes qui permettront d'intégrer la migration dans la pratique et pas seulement dans la théorie.

Compte tenu de l'urgence et de l'ampleur des défis actuels, de la rapidité des changements et de l'importance des enjeux, les acteurs de la coopération internationale et du développement devront prendre des mesures concrètes pour aborder les liens entre migration et développement. Nous devons préserver les progrès accomplis jusqu'à présent, maintenir la dynamique actuelle et accélérer les efforts.

 

Par Alison Talkers et Tomas Ernst

SDG 1 - PAS DE PAUVRETÉ
SDG 10 - INÉGALITÉS RÉDUITES
SDG 17 - PARTENARIATS POUR LA RÉALISATION DES OBJECTIFS