Ukraine: Le prêtre humanitaire et le poids de l'histoire

Le père Vasyl coordonne l'aide humanitaire fournie et distribuée par l'Eglise orthodoxe d'Ukraine. Photo : OIM Ukraine/Varvara Zhluktenko

Blog
20 mai 2022

Ukraine – Plus de 2,7 millions d'Ukrainiens sont déjà rentrés chez eux après avoir été déplacés à l'intérieur de leur pays ravagé par la guerre ou depuis l'étranger. Ils sont revenus, ruinés, pour trouver leurs maisons détruites ou pillées.

Un monastère vieux de 1 000 ans sert d'entrepôt de fortune pour l'aide humanitaire essentielle à ces migrants de retour et à des milliers d'autres personnes vulnérables. L'aide a été fournie par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et actuellement, le père Vasyl, un prêtre orthodoxe, la prépare pour qu'elle soit distribuée à ceux qui en ont le plus besoin.

Des milliers de couvertures, de serviettes, de lampes solaires et des centaines de matelas, de conteneurs en plastique et de jerrycans seront bientôt en route pour les régions de Poltava, Dnipropetrovsk, Tchernihiv et Soumy.

« Si Dieu le veut, la première voiture chargée de collecter cette aide et de l'apporter aux gens arrivera aujourd'hui », déclare le père Vasyl.

Il m'en dit plus sur le rôle de l'Église dans les efforts humanitaires conjoints. « Nous travaillons activement avec nos paroisses à l'étranger, avec d'autres églises en Grèce, en Espagne et dans d'autres pays. La diaspora ukrainienne aux États-Unis et au Canada nous a apporté un soutien énorme. Nous devions évacuer des enfants malades, et nos partenaires, amis et paroissiens se sont immédiatement mobilisés et nous ont aidés à acheter les ambulances. »

Le père Vasyl est à la fois prêtre et travailleur humanitaire, mais en tant que prêtre, il n'est pas tellement enclin à parler des besoins à long terme. « Nous croyons et nous prions pour que la guerre s'arrête », dit-il.

En tant que travailleur humanitaire, il développe : « Chaque jour de la guerre exige quelque chose de différent. Il y a quelques semaines, il y avait un besoin d'ambulances, maintenant il y a d'autres besoins, principalement de nourriture et d’articles d'hygiène. De plus, compte tenu de l’escalade, les médicaments manquent dans les villes et villages occupés. Les volontaires prennent la responsabilité et le risque de collecter des médicaments et de se rendre sur place car les gens en ont grand besoin. »

Des jerrycans et des conteneurs en plastique répondront aux besoins des migrants de retour et des personnes déplacées dans les régions du nord et de l'est de l'Ukraine. Photo : OIM Ukraine/Varvara Zhluktenko

Nous discutons par un jour de souper ensoleillé, tandis que la lumière du soleil fait scintiller les dômes baroques dorés, l'un des lieux les plus sacrés de la chrétienté. J'interroge le père Vasyl sur le sort des bâtiments d'église dans les zones déchirées par la guerre.

« La guerre ne choisit pas si c'est une église, une maison ou un monument historique. La guerre détruit tout », dit-il. « Des prêtres ont été pris en otage et torturés, des églises ont été endommagées. Il y a des églises historiques, par exemple à Tchernihiv, qui ont une longue histoire, qui ont survécu à de nombreuses guerres et qui sont aujourd’hui endommagées. Cela prouve une fois de plus qu'il s'agit de l'extermination de l'Ukraine et du peuple ukrainien. »

Comme il y a des siècles, un monastère de Kiev est devenu un centre d'aide au milieu de la guerre. Photo : OIM Ukraine/Varvara Zhluktenko

Il regarde son église, et l’espace d’un instant, je ressens le poids de l'histoire.

« Nous ne pouvons survivre à cela qu'en étant unis. Nous ne pouvons surmonter cela qu'en nous aidant les uns les autres », dit le père Vasyl.

Depuis le début de la guerre le 24 février 2022, l'OIM en Ukraine a recentré ses projets, fournissant une aide humanitaire aux personnes déplacées et aux communautés touchées par la guerre, directement et par le biais d'un réseau de plusieurs dizaines de partenaires de longue date et de nouveaux partenaires.

Texte et photos de Varvara Zhluktenko, OIM Ukraine