Changements climatiques : éclairer la planification contre les risques du point de vue de la mobilité humaine

La ville portuaire animée de Beira au Mozambique et les villages périphériques éloignés ont été particulièrement touchés par le vent, les pluies et les eaux de crue suite au cyclone. Photo : OIM/Amanda Nero

Blog
03 juin 2022

Les liens entre la mobilité humaine, les variations climatiques et les catastrophes sont de plus en plus évidents. Cette année, la Journée mondiale de l'environnement nous rappelle que la planification et la gestion de la réduction des risques de catastrophe (RRC) en vue de soutenir la mobilité humaine dans un climat en évolution ne doivent plus être reportées.

D’après le Directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), António Vitorino, dans les cas les plus extrêmes, les effets de la crise climatique ont épuisé les sources de revenus, tandis que la sécurité alimentaire et la sécurité de l'eau sont de plus en plus compromises, aggravant ainsi la pauvreté et les privations.

Les événements extrêmes tels que les inondations, les vents violents, les pluies torrentielles, les cyclones et les glissements de terrain sont de plus en plus présents dans les discussions sur les stratégies nationales de réduction des risques de catastrophe. Des cadres tels que le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe et l'Accord de Paris ont défini des principes pour atténuer les phénomènes dangereux et les conséquences des changements climatiques à évolution lente, tandis que des systèmes de gouvernance et des protocoles régionaux ont été établis pour soutenir les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays en gérant les itinéraires en interne.

Pour soutenir les autorités nationales et infranationales dans leurs efforts de RRC, la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l'Institut mondial des données de l'OIM produit des données qui peuvent éclairer l'analyse des vulnérabilités et de l'exposition aux risques climatiques que connaissent les communautés déplacées lors de divers événements climatiques. Celles-ci ont, de différentes manières, contribué aux efforts nationaux de réduction des risques de catastrophes du point de vue de la mobilité humaine. La DTM recueille des données sur les déplacements et la mobilité des populations afin de fournir des informations essentielles aux décideurs et aux intervenants lors des crises humanitaires.

Par exemple, en collaboration avec l'Institut national de gestion des catastrophes du Mozambique (INGD), la DTM a réalisé une évaluation des risques de catastrophe (cartographie des aléas) dans deux provinces - Manica et Sofala. La cartographie des aléas a détaillé la manière dont les aléas multiples, séquentiels ou même combinés dans les deux provinces affectaient les localités. Les degrés de prédisposition aux différents risques naturels ont été calculés sur une base locale, ce qui a permis d'obtenir des mesures clés sur les zones de Manica et de Sofala qui sont les plus exposées aux impacts climatiques. En outre, des enquêtes ont été menées auprès des communautés et des groupes vulnérables dans les deux provinces, portant notamment sur les contraintes d'accès physique, la fourniture de services et la planification des évacuations.

L'évaluation a révélé que 91 pour cent des localités (175) de Manica et Sofala étaient exposées à au moins un type de catastrophe, dont un peu plus de la moitié (52 pour cent) étaient susceptibles d'être inondées. En outre, 22 pour cent des localités de Manica et 29 pour cent de celles de Sofala sont exposées à un risque élevé ou très élevé d'inondation. Les risques de vents forts et de pluies sont également omniprésents, les trois quarts des localités y étant exposées.

Les contraintes d'accès physique et la planification des évacuations ont également été analysées, avec 39 pour cent des localités sans itinéraire d'évacuation désigné. Bien que le nombre de bâtiments disponibles pour abriter les déplacés internes soit similaire, il existe des différences dans la capacité des centres d'évacuation, Sofala ayant une capacité d'évacuation/abri d'urgence plus de deux fois supérieure à celle de Manica. En raison des coupures de courant, environ la moitié des localités n'ont pas accès à l'électricité. L'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH) constituent la deuxième préoccupation la plus urgente des déplacés internes (77 pour cent des localités ont accès à l'eau potable).

Les évaluations sont cruciales pour atténuer les risques de catastrophe pour les habitants de Manica et de Sofala, car elles fournissent des informations essentielles qui permettent d'identifier des stratégies pour réduire les vulnérabilités et l'exposition.

Le Burundi est l'un des pays où la proportion de déplacements liés aux catastrophes est la plus élevée. En février 2022, 92 pour cent des plus de 84 000 déplacements internes étaient dus à des catastrophes. Au cours des quatre dernières années, l'outil de suivi des urgences de la DTM a été utilisé pour recueillir des données sur les 520 catastrophes enregistrées qui ont déclenché des déplacements internes dans les 18 provinces du Burundi. Les données sur la mobilité humaine et les dégâts sont utilisées pour éclairer à la fois la politique et la réponse à travers le pays, illustrant comment les données sur le déplacement dû à des catastrophes peuvent enrichir les mesures qui peuvent être prises pour gérer le risque de catastrophe, et pour mieux informer les parties prenantes sur les défis logistiques, infrastructurels et socioéconomiques qui accompagnent la préparation et les réponses au déplacement dû à des catastrophes.

Depuis avril 2021, la DTM en Ouganda produit régulièrement des infographies sur la réponse multirisques en collaboration avec la Plateforme de réduction des risques de catastrophe (RRC) et ses partenaires. Ces documents permettent de suivre l'évolution des variations climatiques par rapport aux prévisions habituelles, en donnant un aperçu des alertes précoces pour les sécheresses prolongées attendues ou la probabilité de crues soudaines/tempêtes violentes dans les districts du pays. Ils synthétisent également les informations concernant les différents impacts des événements climatiques sur les populations dans différentes régions.

Les données ont montré que des proportions plus importantes d'enfants sont de plus en plus touchées par les déplacements dus aux catastrophes dans certains districts de l'Ouganda, d'où la nécessité d'un engagement ciblé et renforcé pour garantir l'accès à l'éducation. Les évaluations des besoins prioritaires de la DTM sont effectuées au niveau des districts et peuvent contribuer à une réponse ciblée et localisée aux besoins spécifiques des communautés.

La proportion de femmes touchées en Ouganda a également augmenté (passant de 56 pour cent en octobre 2021 à 69 pour cent en décembre 2021), ce qui montre l'importance croissante d'une planification tenant compte de la dimension de genre pour la réduction des risques de catastrophe. La collecte, l'analyse et la diffusion de données ventilées par sexe sont essentielles pour une planification adéquate. Les considérations de genre dans la gestion des abris, par exemple, sont nécessaires pour atténuer les vulnérabilités à la violence fondée sur le genre. Elles sont également fondamentales pour comprendre les décisions prises suite à un déplacement dû à une catastrophe dans des contextes de relèvement, et peuvent permettre de comprendre les lieux probables où la marginalisation due au sexe, à l’origine, à l'âge ou au statut socioéconomique peut être préjudiciable ou retarder les possibilités de réduire les impacts à long terme des chocs climatiques pour les populations déplacées.

Il est clair que chaque contexte nécessite une approche spécifique pour surveiller les chocs climatiques et leurs impacts. Travailler avec les systèmes gouvernementaux et municipaux existants pour planifier les besoins et fournir des services aux populations affectées par l'éventail des événements climatiques qui déclenchent le déplacement sera une priorité croissante dans les années à venir. Les approches de la DTM au Mozambique, au Burundi et en Ouganda ne sont que quelques exemples de la manière dont l'OIM incite les gouvernements et les partenaires à envisager la réduction des risques de catastrophes dans une perspective de mobilité humaine.

Pour en savoir plus sur la Matrice de suivi des déplacements, consultez le site https://dtm.iom.int

 

Écrit par Alexandra Bate, associée du DTM, OIM et édité par Hong Tran, associé du DTM, OIM

SDG 10 - INÉGALITÉS RÉDUITES
SDG 13 - MESURES RELATIVES À LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES
SDG 17 - PARTENARIATS POUR LA RÉALISATION DES OBJECTIFS